Méditations de Carême

Tous les jours du lundi au samedi, une méditation et un temps de prière animés par les prêtres et les diacres de la paroisse. 

Rendez-vous ici chaque jour ou sur la chaîne Youtube de la paroisse pour suivre les méditations.

Mardi 2 mars 2021

Comment vivre plus sobrement ? Accepter de nous dépouiller

Jésus a vécu 30 ans dans la bourgade de Nazareth. Habiter Nazareth à cette époque, c’est un peu comme habiter à Trifouillis les Oies : c’est inconnu, c’est perdu, personne n’y va. Ce que vit Jésus là-bas ne semble pas exaltant : souvent les mêmes activités, les discussions avec les mêmes personnes, un rythme lent et répétitif ; sa vie est pauvre et ses repas sont souvent les mêmes. Que veut nous dire Jésus par cette vie cachée ?

Sa vie est absolument opposée à celle que nous vivons aujourd’hui dans notre société de consommation, où nous devons avoir le dernier téléphone, être présents sur les derniers réseaux sociaux et répondre vite aux messages, être à la mode, dépenser beaucoup d’argent dans les mariages, vivre de plus en plus de relations à distance…

Si Jésus a vécu 30 ans à Nazareth, c’est pour nous rappeler que l’on peut mettre sa joie en vivant intensément chaque relation, en nous émerveillant de chaque rencontre, des merveilles de la nature, de ce que nous sommes, de ce que Dieu fait dans notre vie…

Seigneur Jésus, aide-nous à nous mettre à l’école de St Joseph à Nazareth. Aide-nous aujourd’hui à faire moins de choses mais à les vivre pleinement. Aide-nous à voir moins de choses et de personnes mais à les voir avec un regard neuf, émerveillé. Aide-nous à moins acheter mais à profiter davantage de ce que nous avons déjà.

Notre Père…

Lundi 1er mars 2021

Comment vivre plus sobrement ? Regarder la sobriété de Dieu

Si Dieu nous invite à vivre la sobriété, c’est bien parce qu’il la vit avant nous. Regardons la Trinité : Le Père donne tout ce qu’il a à son Fils : sa nature divine, son intelligence… Il ne garde rien pour lui, mais comme une bougie vient allumer une autre bougie, transmet tout ce qu’il est. En retour, le Fils lui rend tout, il ne garde rien de ce que le Père lui donne. Au Vietnam, quand on reçoit un cadeau, ce n’est pas nécessairement pour qu’on le garde pour soi ; j’ai déjà vu des Vietnamiens redonner leur cadeau et c’est très beau. Il faut du détachement pour cela mais la joie du don compense largement l’effort. C’est ce qui se vit dans la Trinité.

Au cours de sa vie, Jésus nous montre concrètement en quoi la sobriété divine consiste : il est tout entier donné à la mission confiée par le Père et rien ne peut l’en détourner : critiques, tourments, flatteries, repas offerts. Sa Parole reste libre et il ne souhaite que 2 choses : faire la volonté du Père, sauver les hommes. Bien sûr, il sait aussi goûter aux petits bonheurs de la vie mais il ne s’enferme pas dedans, ne les fait pas passer au premier plan.

Si nous regardons nos journées, nous voyons bien que nous avons du mal à rester concentrés sur ce que nous avons à faire, à vraiment rencontrer les gens qui sont devant nous. Nous répondons sans cesse à notre téléphone, pensons à ce qui va suivre, à ce qui a précédé ; nous avons du mal à suivre les objectifs que nous nous étions fixés.

Seigneur Jésus, rien qu’aujourd’hui, montre-nous ce que tu attends de nous, ce que nous pouvons faire de beau pour toi. Fais que notre journée tourne autour de cela. Rien qu’aujourd’hui, aide-nous à mettre de côté les futilités, les pertes de temps, ce qui nous encombre, pour que nous soyons centrés sur toi et sur nos frères.

Notre Père…

Vendredi 26 février 2021

L’esprit de fraternité. Le partage des biens. Vendredi 26 février  

Saint Paul en 2 Corinthiens 8 encourage ses frères à pourvoir aux biens des autres communautés …

Je vous invite à lire ce beau chapitre. Parce que le Christ s’est fait pauvre, de riche qu’il était, nous sommes appelés nous aussi à partager ce que nous pouvons …

Saint Paul s’exprime en disant que cette invitation à donner est un avis ; disant cela, Paul invite à un acte libre Il dit que cela ne doit pas conduire à la gêne mais ce qu’il faut c’est l’égalité ; entendons la possibilité que chacun puisse vivre dignement Paul parle de superflu pour les uns et de dénuement pour les autres ; ainsi écrit-il se fera l’égalité et il cite le livre de l’Exode, l’épisode de la manne : Celui qui avait beaucoup recueilli n’eut rien de trop et celui qui avait peu recueilli ne manqua de rien …

Nous nous rappelons que dans cet épisode de la manne, ceux qui gardaient de la manne en réserve voyaient celle-ci pourrir … Il y a toujours un danger que nos richesses non utilisées pourrissent (regardons ce que nous jetons bien souvent) et pire encore qu’elles fasse que notre cœur qui pourrisse …

Le carême invite à la sobriété, ce sera le thème de la semaine prochaine ; il invite aussi au don, un don généreux, un don qui manifeste que mes richesses ne sont pas des idoles, et aussi que je suis attentif au dénuement de mes frères et sœurs …  

Notre Père ….  

Jeudi 25 février 2021

L’esprit de fraternité ou plutôt l’Esprit de fraternité

Jeudi 25 février

 

Je crois au Saint-Esprit, à la sainte Eglise Catholique : l’Esprit « fait » l’Eglise, il en constitue la sève profonde, celui qui rassemble les enfants de Dieu dispersés par le péché …

Cet Esprit nous dit saint Paul est un Esprit qui constitue la fraternité : car voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi.

Au cœur de ce carême, nous voici appelés à laisser de nos côtés nos emportements, colères, éclats de voix ou même insultes, tout ce qui si souvent hélas met à mal l’esprit de fraternité pour en chaque rencontre, en chaque occasion nous laisser gagner par la bonté et la bienveillance, la douceur et la maîtrise de soi, la patience …

Nous percevons bien que cela demande une vigilance de chaque instant pour ne pas nous laisse emporter par notre volonté de dominer mais pour d’abord reconnaître l’autre comme un frère ou une sœur à respecter, à aimer …

Le thème de cette semaine se joue ici : car à quoi cela sert-il de partager si nous le faisons du haut de notre suffisance, sans un véritable amour, sans joie et sans paix … ?

Avant de parler du partage des biens, ce que nous ferons demain, demandons au Seigneur de transformer notre cœur ; que nous sachions donner de manière pure et droite, dans l’Esprit Saint …

Oui, que nous vivions de ce fruit de l’Esprit tout au long de ce jour : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi …

 

Notre Père …

Mercredi 24 février 2021

L’esprit de fraternité et la joie du partage

 

La joie se partage

 

Sur le thème de la fraternité, je voudrais aujourd’hui vous parler de la joie … C’est le cœur de l’esprit de fraternité, son trésor …

C’est je crois ce qu’il  y a de plus précieux à partager à des frères et sœurs …

Avant que Caïn ne tue Abel, Dieu lui dit : Pourquoi as-tu le visage abattu, pourquoi es-tu irrité ? …

La tristesse tue la fraternité, se transforme en arme destruction …

La joie fait du bien ; elle rassure ; elle témoigne que l’esprit d’inquiétude n’a pas le dessus, ne m’emprisonne pas …

Dans une famille, le père et la mère doivent partager la joie, faire vivre des moments de joie : c’est ce qui fait vivre la famille, rassure les enfants : « Mon père est joyeux, ma mère est joyeuse ; donc la maison est en sécurité ; ils assurent ! » se dit l’enfant …

Dieu vit que cela était bon, très bon même dit le premier chapitre de la Genèse ; Dieu partage sa joie

Le Père prodigue en amour, lors du retour de son fils cadet, organise une fête, un moment de joie … Il n’est pas absorbé par ce qu’il fait mais il se réjouit de ce qui est, de son fils qui est là …

Oui, l’esprit de fraternité c’est d’abord un esprit de joie

Saint Jean-Paul II disait : « Quand elle n’est pas partagée, la joie se fait aride et elle s’évanouit … »

Et sainte Mère Térésa écrit : « La joie est un filet avec lequel on peut prendre les âmes … »

Si je devais dire ce qu’est l’esprit de fraternité, je commencerais en disant : c’est la joie !

 

Notre Père …

Mardi 23 février 2021

L’esprit de fraternité et la joie du partage

 

Voir son frère …

Mardi 23 février

 

La 1° action pour vivre en frère, pour entrer dans l’esprit de fraternité, c’est de voir son frère

« Où est ton frère ? » demande Dieu à Caïn qui vient de tuer Abel …

Je ne sais pas répond Caïn ; il ne voit pas son frère ; il ne sait pas qu’il lui a fait mal, pire, qu’il l’a tué …

Voir son  frère …

J’étais nu et vous m’avez habillé, j’avais faim et soif, et vous m’avez donné à manger, à boire …

Il nous arrive, hélas souvent, de ne pas voir en tout homme et en toute femme, un frère, une sœur qui nous est donné …

Tout commence par un regard, un regard qui me porte à dire que celui-ci est mon frère, que celle-là est ma sœur ; puisque nous n’avons qu’un seul Père et que nous sommes tous ses enfants …

Ce regard est un regard de foi : je crois que cet homme, cette femme, m’est donné par le Père, je crois que c’est un frère …

Tout commence par un regard de foi …

Aujourd’hui, au début de cette semaine où je voudrais grandir dans un esprit de fraternité et de partage, je voudrais demander au Seigneur d’éviter le piège non pas seulement du mépris, mais pire encore bien souvent, celui de l’indifférence …

Ne pas voir son frère, passer à côté comme le prêtre et le lévite sur le chemin allant de Jérusalem à Jéricho …

Guéris-moi Seigneur de ma cécité, de mes aveuglements

Fais que je vois en tout homme et en toute femme un frère, une sœur ! Et que je sache le considérer ainsi ! Donne-moi Seigneur ce regard de foi, ce regard qui me donne de croire et d’aimer !

 

Notre Père …

 

Lundi 22 février 2021

L’esprit de fraternité et la joie du partage

 

Tout commence par un cœur à cœur avec le Père du ciel …

 

Au risque de vous surprendre, mais parce que je crois que c’est essentiel, l’esprit de fraternité commence dans le silence, dans la prière, dans la solitude d’un cœur à cœur avec le Père …

De fait notre « Je crois en Dieu » commence par dire notre foi en Dieu qui est Père pour ensuite dire notre foi en Jésus (le frère aîné d’une multitude) puis notre foi en l’Esprit (l’Esprit de la fraternité) et en l’Eglise … Ne disons pas le « Credo » à l’envers …

La fraternité commence par nous situer en enfants du Père, infiniment aimé par lui …

Car ce qui empoisonne la fraternité, ce qui mine nos relations, c’est nos comparaisons, nos regards de jugements, nos peurs de ne pas être aimable et donc aimé … Prendre du temps dans la solitude, se laisser entraîner dans le cœur du Père, c’est lâcher toutes ces comparaisons stériles, c’est nous laisser établir dans la paix …

Bien sûr, et ô combien, cela n’est ni mise à distance de ses frères, ni moins encore mépris d’aucun d’eux ; non, c’est simplement se quitter « soi », du moins ce qui me tourne sur moi, ce qui m’emprisonne, pour le cœur une fois libéré courir vers mes frères et ne plus les regarder comme des concurrents mais justement comme des frères à aimer …

Oui, la fraternité commence dans le cœur du Père : il nous faut goûter à ce silence paisible qui nous met en sa présence …

Tout commence là !

 

Notre Père …