Intercédez les uns pour les autres ! (Jacques 5, 16)

Saben que existo, pero no me ven, « Ils savent que j’existe, mais ils ne me voient pas » : c’est ce qui est inscrit sous la photo d’un gamin des rues à Lima, dans une exposition. Ils savent que j’existe comme menace, statistique, problème à résoudre mais ils ne me voient pas …
Les boucs demandent à Jésus, dans la parabole du jugement dernier : « Quand nous est-il arrivé de te voir affamé ou assoiffé, étranger ou nu, malade ou en prison et de ne point te secourir ? » (Mt 25,44)

Aujourd’hui nous courons le risque de ne plus nous voir …
Parce que nous portons des masques, parce que nous allons devoir rester confinés durant les soirées, parce que chacun risque de se replier sur soi peut-être en se disant qu’au fond cela est plus tranquille, parce que nous risquons même de nous méfier les uns des autres, craignant un potentiel porteur de maladie …
Nous risquons l’indifférence, l’oubli de l’autre, la fuite …

Attention, nous ne sommes pas faits pour cela ! …
Il nous faut continuer de nous voir ! Non pas de la même manière qu’auparavant puisque nous ne le pouvons pas ! Mais plus en profondeur, de manière plus décidée, en gardant le cœur ouvert, l’esprit attentif, l’âme désireuse de prier les uns pour les autres, pour ceux que je croise, pour ceux que je ne vois plus …

C’est exactement ce que nous disons au début de la messe : « Je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints et vous aussi mes frères de prier pour moi le Seigneur notre Dieu »

Intercédez les uns pour les autres !
Dans l’intercession dit Saint Paul aux Philippiens, : « celui qui prie ne recherche pas ses propres intérêts mais songe plutôt à ceux des autres » et j’ajoute jusqu’à prier pour ceux qui lui font du mal comme le dit Jésus : « Priez pour vos ennemis »

L’intercession est donc le haut-lieu du décentrement …

Il y a une réciprocité étroite entre la prière pour l’autre et l’amour pour l’autre. Dès lors, il est clair
que l’intercession n’est pas une fonction, un devoir, quelque chose que l’on fait mais l’essence même d’une vie dévorée par l’amour de Dieu et des hommes.
Intercéder, prier pour l’autre c’est le fruit de l’amour. C’est le fruit de la foi.
En ces jours qui nous préparent à la Toussaint, en cette période où nous risquons de « ne plus nous voir », je vous encourage chers paroissiens à intercéder les uns pour les autres !

Prenez dans votre prière notre famille paroissiale, ses intentions … Que chacun puisse compter sur la prière de tous …

Je me confie à votre prière !

Père Patrice Guerre, curé de l’ensemble paroissial Saint-Pothin Immaculée Conception