Dimanche 12 janvier 2020

« Laisse faire … ! »

L’Evangile d’aujourd’hui inaugure la vie publique de Jésus ; il donne le ton de ce que sera l’action de Jésus ; et il faut le dire et le redire, dès le début il chamboule tout, il renverse les perspectives ; Celui qui sort de ce trou perdu qu’est Nazareth, celui qui va commencer officiellement sa vie publique ne fait pas de fracassantes annonces ou ne met pas des spots publicitaires pour être connu ; non, il s’avance simplement, comme un homme et va s’agenouiller humblement auprès de Jean Baptiste.

Là, à 400 mètres en dessous du niveau de la mer, il y a précisément cet homme bizarre, Jean-Baptiste qui accueille tous ceux qui viennent se purifier de leurs fautes, se décrasser de leurs laideurs morales ; il y a là des publicains qui détournaient de l’argent, des soldats souvent brutaux et grossiers, des sadducéens, des pharisiens imbus de leur personne … et voilà que Jésus, discrètement s’est glissé dans la queue des candidats au baptême ; il attendra au point d’être baptisé le dernier ; Jésus est là, au milieu de ces pécheurs, lui l’innocent par excellence, et il s’approche pour être baptisé …

Jean-Baptiste refuse de le baptiser …

« Laisse faire … ! » lui dit Jésus ; « Alors Jean le laisse faire »

Jésus ne dit pas qu’il est pécheur ; mais il est là pour ses frères … Alors il faut le laisser faire …

En ce dimanche nous contemplons Jésus dans sa solidarité profonde avec les pécheurs ; ils ne sont pas pour lui des pestiférés mais ses frères, des frères malades dont il a le souci ; le bon berger est à la recherche de la brebis égarée ; il est le frère de l’homme pécheur qu’il vient sauver. Car tous nous sommes des êtres pécheurs.

La voix du Père se fait entendre ; la voix du Père déchire le silence ; elle ne se fait entendre que deux fois dans l’Evangile pour dire : Celui-ci est mon Fils bien-aimé. A nous il appartient de l’écouter et de le suivre …

Car Jésus seul peut sauver notre monde, Jésus seul peut ôter le péché qui recouvre la terre, Jésus seul peut rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés, par sa douceur infinie et la puissance de son Amour …

Est-ce que nous le laisserons faire ? C’est là notre vocation de baptisé !

Puissions-nous laisser Jésus nous rejoindre, nous aimer … !

Père Patrice Guerre, curé de l’ensemble paroissial Saint-Pothin Immaculée Conception