Dieu (se) manifeste !

Le monde qui nous entoure est rempli de signes, de signes objectifs comme les chiffres, le taux de chômage, les indices de la Bourse, les évènements mondiaux … les spécialistes tentent de leur donner du sens et d’en tirer quelques grandes lignes pour l’avenir. Sans manquer de se tromper aussi …

Il y a des signes plus subjectifs : le sourire de la voisine, l’air préoccupé d’un ami, la fatigue d’un collègue de travail, la présence d’un SDF devant la boulangerie, un besoin de prier, de lire la Bible qui m’habite …

J’essaie d’interpréter ces signes en conséquence et d’agir en conséquence. Sans cesse nous pouvons distinguer des signes : à certains nous prêtons peu d’attention tandis que d’autres nous invitent à réagir.

Le texte de l’Evangile de Matthieu nous interroge sur notre rapport aux signes. Les mages sont partis d’Orient parce qu’ils ont vu une étoile qui leur annonce la naissance d’un roi …  Ils ont cru que Dieu pouvait faire signe. Ils n’ont pas attendu de comprendre par eux-mêmes ; ils se sont mis en route. Le signe n’est certes qu’un signe ; mais ils se sont laissés rejoindre par lui, ils l’ont scruté.

Nous mettrons-nous en route nous aussi en cette nouvelle année ?

Dans le mystère de l’Epiphanie, nous confessons que nous connaissons Dieu et que nous pouvons dire quelque chose sur Dieu. Ceci non pas à partir de nos calculs ou de nos hypothèses, mais parce que Dieu Lui-même, s’est manifesté. Dieu n’est pas simplement une projection du désir des hommes, Dieu n’est pas simplement une construction intellec­tuelle des prêtres et des savants, Dieu c’est d’abord quelqu’un qui a pris l’initiative de se faire connaître et de se manifester.

« Alors que dans les générations passées, Il ne s’était pas révélé, voici que, dans l’Esprit, à nous qui sommes aujourd’hui ses apôtres et ses prophètes, Dieu s’est réellement manifesté » dit la 2° lecture. Voilà ce que nous croyons et célébrons.

Dieu Lui-même, en personne, s’est ré­vélé et la manière dont Il s’est fait connaître, et là c’est encore un peu plus difficile à accepter et à croire, c’est la chair d’un homme, c’est le Christ, c’est le Verbe Incarné. Voilà ce que nous croyons : Dieu a parlé, Il a parlé par son Verbe et son Verbe s’est dit dans une chair d’homme, Il s’est manifesté d’une façon extrêmement concrète, une existence humaine, une vie humaine, des actes humains, des paroles humaines de telle sorte que le Christ et son évangile, c’est tout un, sa chair et son sang, c’est tout un, cela nous dit vraiment Dieu.  Scruterons-nous la Parole de l’Evangile ?

L’Epiphanie, c’est la fête de la mani­festation universelle de Dieu, car tout homme, à partir du moment où il laisse son regard se poser sur une étoile, c’est-à-dire où il entreprend cette recherche d’une réalité plus haute, plus grande que lui, tout homme, d’une certaine manière, va être invité à s’avancer vers la crèche de Bethléem. Dieu se manifeste : il nous appartient d’accepter d’être déroutés par lui comme le furent les Mages, de scruter dans la nuit sa présence, de chercher dans sa Parole la volonté du Père …

Voilà ce que nous avons à vivre et à dé­couvrir … ! Voilà ce dont nous avons à témoigner !

Heureuse et sainte année à vous tous ! Mettons-nous en route pour être signe de Dieu à notre tour!

 

Père Patrice Guerre, curé de l’ensemble paroissial Saint-Pothin Immaculée Conception